Dans les esprits de chacun, le karting fait office de jouet à 4 roues doté d’un petit moteur et avec lequel il est possible de faire une course entre amis durant 30 à 45 minutes, le tout sur un circuit de 300 mètres à peine. Vous êtes prêt à changer votre fusil d’épaule ? Grâce à l’équipe d’OCK Karting, Passion Sports 49 a pu assister en avant-première à la 14e édition des 1000 Tours du Mans, organisée par le circuit RKM du Mans. A vous de juger si cette épreuve de presque 19h va vous faire changer d’avis sur la course de ce « petit jouet ».

Tout commence par un mail. Le contact est Olivier Piron, président passionné de l’équipe Origin Championship Karting, OCK pour aller au plus court. Il souhaite nous apporter un regard nouveau sur cette course automobile et veut nous faire découvrir ce sport. Rendez-vous pris à Montfort-Le-Gesnois, situé à une dizaine de kilomètres de la célèbre ville des 24 Heures, ce samedi 7 avril 2018. Présentation de l’équipe au complet, des stands et puis enfin du circuit. Ils sont loin nos 300 mètres de goudron. Près d’1 km 300 d’asphalte se dresse devant les pilotes de cette course qui débutera à 18h précises. OCK engage cette année trois équipages, comprenez trois véhicules. La compétition fera rage avec les 26 autres équipages, divisés en deux catégories (les Rotax et les GT). D’autres équipes qui ne rêvent que d’un seul et même objectif : remporter la 14e édition des 1000 Tours du Mans. Sauf qu’à la fin, il n’y aura que deux vainqueurs, un dans chaque catégorie.

Toutes les équipes sont présentes avant midi. Au programme : installation dans les stands, vérification techniques et décorations des kartings à l’image des sponsors. Sponsors vous avez dit ? Oui des sponsors qui permettent de couvrir les frais d’inscriptions et les différentes dépenses liées à cet événement. Car même si cela demeure une compétition entre amateurs chevronnés, il n’en reste pas moins un sport couteux. Appel des organisateurs pour effectuer le briefing d’avant course et rappeler toutes les consignes de fonctionnement et de sécurité. Eric, le directeur de course et responsable du circuit, joue son rôle de façon pédagogue et concentrée, pour ne rien oublier. Tout y passe : enjeu, sécurité de chacun et du matériel, mise en avant du travail des nombreux bénévoles et salariés qui ont rendu possible l’organisation de cette course, rappel des pénalités et enfin le lancement officiel de la compétition. La tension monte et les sourires affichés entre chacun laissent la place désormais à des façades plus concentrées, avec un objectif : faire la meilleure performance lors de la séance des essais, et ainsi démarrer devant ses adversaires à 18h. Les stratégies d’équipes se dessinent, les pilotes s’observent et retrouvent rapidement leurs automatismes. La pluie battante ne changera pas la motivation des participants. Il est prévu un temps plus clément pour le grand départ.

OCK 1 en pleine action, devant ses adversaires du jour

A ce jeu-là, les Rotax sont les plus rapides grâce à leur moteur plus puissant. Alignés dans la catégorie des GT et leur 390 centimètres cube, les trois équipages d’OCK réalisent le triplé parfait en cette fin de qualification : 1e, 2e et 3e place sur la grille de départ. De quoi raviver l’objectif de podium des pilotes de cette équipe. Plus performants sous la pluie, OCK 1, OCK 2 et OCK 3 se montrent des plus motivés cette année. L’effervescence est visible dans les trois stands : beaucoup de travail en interne pour amener les trois kartings au plus haut. Talonnés par leur rival de toujours l’équipe de Team Rolineau, les pilotes n’en restent pas moins des amis de course. Les compétitions sont serrées entre ces deux équipages. L’heure du départ approche. Nouveau briefing de la direction de course qui rappelle une fois de plus les conditions de sécurité, qui devraient changer au cours de cette course et qui devraient voir au programme de la pluie, du brouillard et du soleil. Ne manque plus que la neige et les quatre saisons auraient été représentées en 19 heures. Les pilotes sont prévenus : la course ne se jouera pas aux premiers virages. La victoire devra se construire dans la longueur et devra sacrer la meilleure équipe, dans la plus grande équité sportive.

Les stratégies des équipes sont désormais en place et la course peut se lancer. Les premiers pilotes rejoignent leurs montures et font démarrer leurs moteurs. Tour de préparation et départ lancé dans un vrombissement à faire réveiller La Belle Au Bois Dormant. La pluie a décidé de retarder son arrivée et c’est sous un beau soleil que la course est partie. Chaque pilote sait qu’il est parti pour au maximum de 45 minutes de relais, aussi intense que difficile. Car il faudra répéter cette performance plusieurs fois durant ces 1000 prochains tours. Très bons départs des 3 équipes d’OCK qui arrivent à faire jeu égal avec leurs adversaires. Chacun connait son rôle, des pilotes au Team Manager, qui s’occupe de « panneauter », comprenez celui qui relaie les informations de l’équipe à celui qui est seul au volant. Informations primordiales notamment pour gérer le temps de course qui, je le rappelle, ne peut pas excéder 45 minutes, sous peine de se voir sanctionner d’une pénalité d’un tour. Et dans une course où tout se joue presque à la seconde, perdre un tour est un véritable handicap.

Notre amie la pluie arrive avec quelques heures de retard. Les kartings sont moins rapides, les sorties de pistes se font plus présentes et les visages des héros du jour commencent à fatiguer. Les premières heures de sommeil devraient apporter un peu de réconfort aux pilotes. Il est presque minuit quand les premiers arrêts techniques obligatoires font leur arrivée. Et oui, c’est aussi un moyen pour les équipes techniques du circuit de vérifier les kartings : en 5 minutes, la mécanique est vérifiée, les pneus observés et les filtres à air changés. Cinq longues minutes durant lesquelles les positions au classement évoluent. Notre hôte du jour et de la nuit voit ces équipes être rétrogradées dans le fond du classement. Pas de quoi paniquer pour Olivier Piron. Au contraire, il se veut rassurant. Il sait que cet ordre va encore changer avec les sorties obligatoires du petit matin. Car oui, c’est au petit matin qu’un nouvel arrêt obligatoire est décidé par les organisateurs. OCK 1 se bat alors contre leurs adversaires de TRR, tandis qu’OCK 2 complète le podium fictif. OCK 3 vise, quant à elle le top 5 et file pour le moment à la 11e place. Le soleil se lève sur la piste du circuit du RKM. Les corps sont fatigués et la nuit fur courte, pour tout le monde. Comment réussir à être dans sa bulle avec ce bruit de moteurs qui tournent toujours à plus de 80 km/h ? Les pilotes y arrivent tant bien que mal. Quelques heures, voire minutes, de repos qui donnent de la motivation supplémentaires pour les 45 minutes d’effort. Un vrai sport je vous dis ! Loin de nous se trouve la route des vacances, pépère. Place à la force intérieure qu’il faut aller chercher pour emmener son équipe au plus haut.

En approche de la fin de la fin de course, le classement est presque connu, mais l’ordre pas encore décidé. Cela se passe plutôt bien pour les équipes OCK, assurées de placer deux équipes sur le podium et la troisième dans le top 8. Une pénalité infligée pour un relais dans les stands trop rapide, fatigue ou manque de concentration, puis un problème moteur ne changeront pas la motivation d’OCK 1 qui continue à se battre pour aller chercher cette première place, que l’équipe a occupé les ¾ de la course. Le salut viendra durant le dernier relais. Parti avec 14 secondes de retard, le pilote d’OCK sait qu’il n’a à peine 15 minutes pour les rattraper et ainsi permettre à son équipe d’atteindre son but ultime. Et croyez-moi ! Quelle fin de course ! Alors que nous connaissons le vainqueur de la catégorie des ROTAX depuis plusieurs heures maintenant, la catégorie GT n’a pas révélé son verdict. Quel stress, quelle beauté de voir deux pilotes se battre pour obtenir la victoire ! OCK revient fort et passe son adversaire dans les dernières minutes de la course, sous les acclamations du public venu en nombre et celles de son équipe. Résultat final ? Une course de 1000 tours durant 19h qui se joue dans les 5 dernières minutes. Certains y verront un remake de la bataille magnifique entre Toyota et Peugeot au cours des anciennes 24 Heures du Mans Auto ! OCK place donc deux de ses équipes sur le podium, à la 1e et 3e place. Et cerise sur le gâteau ? OCK 3 qui effectue une superbe remontée dans l’ombre d’OCK 1 et qui finit à une très belle 5e place. Un week-end bien rempli pour Olivier Piron et ses équipages. Même le soleil viendra faire son apparition pour le podium, et illuminer le travail magnifique de toute l’équipe du circuit RKM et ses bénévoles, qui ont œuvré jour et nuit pour que la course se déroule du mieux possible.

Alors, convaincu par la course d’endurance de karting ? Je vous assure que tenter une course de ce type, c’est aussi sortir de son confort personnel et apprendre beaucoup sur soi, et sur les limites que l’on peut se fixer. Passion Sports 49 félicite tous les pilotes pour leur superbe course, quel que soit leur classement. Car il ne faut pas l’oublier : cela reste un sport et comme le disait si bien Pierre de Coubertin : l’important n’est pas de gagner mais bel et bien de participer !